La FDFR 71, invitée par la DDCS711 pour l’accompagnement de la mise en place des rythmes éducatifs a mis en place plusieurs actions autour de cette question :

  • Temps d’information et de débats ouverts aux responsables associatifs du milieu rural, élus, population, techniciens.
  • Espaces de dialogue avec les parents
  • Temps de formation à l’animation
  • Edition de documents d’information (que vous retrouverez en téléchargement sur cette page)
Cette réforme a en effet soulevé 2 points d’importance au sein d’un mouvement d’éducation populaire comme le nôtre :

- L’intérêt de l’enfant : ses rythmes de vie, son environnement éducatif.

Quelle est la place de chacun dans le projet éducatif ? De la famille à l’école et désormais aux TAP2 , un certain nombre d’acteurs éducatif entourent l’enfant.  Il est important dans un premier temps que chacun puisse collectivement exprimer son projet pour ensuite le négocier ensemble tous acteurs confondus. Ceci  implique un partage des cultures, des modèles éducatifs, et autres enjeux de milieux sociaux ou de parentalité.
L’intérêt de cette réforme est d’ouvrir à de nouvelles pratiques éducatives : la mise en œuvre  d’une démarche de co-éducatif, soit un espace de projet partagé entre professionnels et les familles autour de l’enfant, où l’on peut promouvoir la reconnaissance d’une multi appartenance de l’enfant. Ce qui justifie cette participation c’est la reconnaissance effective que l’enfant est un sujet qui a des droits en prise avec une appartenance dans la société dans laquelle il vit et grandit. Où il est bien question d’une continuité éducative de la famille aux autres acteurs qui accueillent l’enfant, et donc de se positionner responsables collectivement de l’éducation des enfants.
Les rythmes de l’enfant : les études se précisent concernant la question du sommeil, le sentiment de sécurité affective de l’enfant. L’impact sur la santé de l’enfant, et sur ses capacités d’apprentissage, sont largement démontrées qui permettent d’ajuster les temps les plus propices aux activités périscolaires et la façon, les conditions dont l’enfant est invité à vivre les différents temps de la journée.

- Le  milieu rural

La Fédération Départemental maille les territoires ruraux de Saône et Loire avec 115 associations locales. Ses objectifs généraux d’animation et de développement du milieu rural, ses actions, et sa structuration lui assurent une lecture fine de ces  territoires ruraux. Cette réforme appelait des points de vigilance face aux risques d’un accroissement des inégalités sociales et territoriales en matière éducative, résultant de la différence de moyens humains et financiers selon les territoires et les volontés locales. Des temps d’information, de débats ont été proposés. Parallèlement la question de l’emploi (potentialité et dignité) que posait cette réforme en milieu rural, a trouvé une expérimentation en territoire Clunisois avec la mise en place d’un groupement d’employeur. Enfin, la question de la formation des animateurs des temps périscolaires est un aspect que la Fédération relève par la mise en place de temps de formation avec « arts plastiques et créativité de l’enfant » en 2015, suivie en 2016 de plusieurs temps de formation autour des contes comme ouverture au vivre ensemble, porteur d’espoir, porteur de sens. Enfin le milieu rural est aussi une source vivifiante d’acteurs innovants, de lieux de réussite que vous retrouverez au fil des documents en téléchargements.

« Il n’y a pas de projet démocratique sans projet éducatif, familial et social. Si intime soit-elle, l’éducation reste l’entreprise publique majeure. » C. Fleury

  1Direction Départementale de la Cohésion Sociale de Saône et Loire
  2Temps d’Activités Périscolaires

Documents d’information à télécharger :